Le Journal des objets connectés

Wiko renoue avec les segments premium

Wiko renoue avec les segments premium
octobre 06
17:43 2017

tetiere maison

Wiko :
Version Luxe !

Un an après avoir redéfini son catalogue, Wiko monte en gamme avec deux terminaux dotés d’un très bon capteur photo, d’un design premium et d’une fiche technique plus ambitieuse.

Interviewé :
Françoise Ontino, Directrice communication et marques Wiko.

JDOC : Wiko est aujourd’hui un acteur important du marché français. Quelle est son histoire ?

Françoise Ontino : Wiko est une marque qui a été créée en 2011 par Laurent Dahan, son président. Elle comptait à cette époque une équipe de quelques personnes seulement. En 2016, cinq ans après, nous sommes 220 collaborateurs à Marseille (son siège social) et 500 dans le monde, puisque la marque est présente à l’international. Au tout départ, notre gamme était constituée de smartphones colorés, petits, fonctionnels et à petits prix. Nous nous sommes attachés à proposer nos produits uniquement en open market à un moment où le marché était essentiellement tiré par les opérateurs. Puis, nous avons évolué en technologie et en largeur de gamme afin de couvrir une gamme qui s’étend de 59 à 399 euros.

JDOC : Quelle est votre position en France ?

F.O. : Aujourd’hui, Wiko se classe au second rang du marché open market avec 19 %. La marque profite d’une notoriété assistée de 69 %, un chiffre en hausse de 20 points cette année. Et toutes les marques qui sont devant nous, sont internationales et historiques. Côté chiffres de vente, nous avons vendu 10 millions de smartphones en 2016 et comptons près de 17 millions d’utilisateurs. Nous avons doublé nos volumes de vente sur le dernier exercice. La première année d’activité, nous vendions 3 ou 4 mobiles par semaine. Nous sommes très fiers du chemin que nous avons parcouru jusqu’ici !

Avec le WIM, Wiko retrouve les segments premium deux ans après le Highway 4G

JDOC : Quels sont vos objectifs pour 2017 ?

F.O. : Pour 2017, nous avons l’objectif de vendre 15 millions de smartphones, soit 50 % de plus qu’en 2016. Pour cela, nous activerons plusieurs leviers de croissance. Le premier est la pérennisation de nos relations avec les opérateurs. Nous sommes aujourd’hui présents au catalogue des quatre opérateurs français et de la majorité des grands opérateurs européens.

Nous souhaitons y référencer davantage de produits et non plus deux ou trois. Nous allons également développer notre boutique de vente directe. Elle a été lancée en France en 2016 et nous souhaitons la décliner à l’international. Nous comptons enfin nous installer dans de nouveaux pays.

JDOC : Cela passe-t-il aussi par de nouveaux terminaux ?

F.O. : Bien sûr ! Nous avons présenté au Mobile World Congress 2017 des téléphones dans la continuité du catalogue que nous avons redéfinis il y a un an. Nous sommes même montés en gamme grâce au lancement de deux nouvelles plates-formes : les WIM et WIM Lite. Ce sont des smartphones premium dotés de technologies poussées, notamment en photographie. Nous nous sommes associés à Qualcomm, DxO et Vidhance pour créer les appareils photo de ces mobiles. Et le résultat est exceptionnel. Nous espérons que ces technologies auront un impact sur les autres gammes du catalogue. Parallèlement aux WIM et WIM Lite, nous avons également renouvelé notre offre milieu de gamme avec les Upulse et Upulse Lite. Leurs écrans sont plus grands. Leur design est plus travaillé. Et l’année est loin d’être finie.

JDOC : Comment ferez-vous justement évoluer votre offre plus volumique ?

F.O. : Les travaux effectués avec Qualcomm, DxO et Vidhance permettront d’améliorer les photos réalisées par nos modèles entrée et milieu de gamme. La photographie est un domaine sur lequel nous attachons une grande importance, car il s’agit du second usage fait avec un smartphone après les appels téléphoniques. Ce n’est évidemment pas le seul. En 2017, nous travaillerons à améliorer l’expérience utilisateur offerte par nos produits : châssis métallique, écrans plus grands, davantage de mémoire, système audio de meilleure qualité, et intégration de nouvelles fonctionnalités comme le paiement sur mobile.

JDOC : Avec le Fever, vous avez adopté un ton décalé dans votre communication. Est-ce la touche Wiko ?

F.O. : Oui, nous avons volontairement adopté un ton de communication décalé. D’abord, cela se prête bien à notre cible marketing, plutôt jeune. Nous poussons toujours très loin notre réflexion et nos idées pour bâtir des messages qui vont surprendre le consommateur, à l’image de la campagne Fever. Ce ton se prête également bien aux canaux de communication que nous utilisons. Nous n’avons pas le budget marketing des grandes marques et ne pouvons être toute l’année sur les affiches ou en télévision. Nous optons donc pour les canaux digitaux et sociaux. Nous travaillons beaucoup avec des influenceurs et demandons régulièrement à notre communauté de participer à notre développement.

Date de création : 2011

CA 2016 : NC

Secteurs d’activité :
Smartphone,
Téléphonie mobile

 

Notre catalogue
couvre tous
les segments entre 59 et 399 euros

Articles similaires

Aucun commentaire

Pas encore de commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire, souhaitez-vous en ajouter un ?

Rédigez un commentaire...

Rédigez un commentaire...