Le Journal des objets connectés

TomTom : Du guidage et plus encore

TomTom : Du guidage et plus encore
janvier 23
11:35 2017

tetiere wearables

TomTom :
le virage des Wearables
habilement négocié

Si TomTom était jusqu’ici principalement connu pour ses solutions de navigation et de guidage par satellite, il ne faut pas oublier que la marque développe un savoir-faire sur les montres de sport et montres connectées depuis 2011 !

Interviewé :
Vincent Martinier, Directeur Marketing pour TomTom France.

JDOC : L’IFA 2016 vous a permis de présenter au public une nouvelle gamme de montres connectées. Quelle est globalement la philosophie générale qui vous anime pour ces nouveaux produits ?

Vincent Martinier : Pour commencer, je rappellerai qu’avant de commercialiser des montres pour notre propre marque, nous en concevions déjà depuis 2011 pour la marque Nike. C’est donc un marché que nous connaissons bien et pour lequel nous disposons d’un savoir-faire presque historique. En 2013, nous avons entamé la commercialisation de montres sous notre nom. Aujourd’hui, nous revendiquons 30% de parts de marché sur les montres Sport/GPS en France. Ce succès s’explique par le côté accessible du point de vue fonctionnalités de nos modèles. Navigation intuitive dans le menu via un bouton unique, écrans lisibles et contrastés, autant d’éléments déterminants que l’on retrouve sur nos nouvelles gammes. Sur l’IFA, nous avons annoncé en effet quatre nouveaux produits (évolution de produits existants et un lancement sur une catégorie totalement nouvelle). En ce qui concerne nos gammes existantes, il y a la Runner 3 qui succède à la Runner 2 qui introduisait la musique. La Runner 3 s’adresse à des utilisateurs qui veulent un accessoire du quotidien. La montre peut les accompagner dans toutes les activités sportives de la journée, mais elle joue également le rôle de traqueur d’activité. Elle est à la fois multisports et multi-usages.

TomTom_RANGE

JDOC : Qu’entendez-vous par là exactement ?

V.M. : La Runner 3 s’appuie sur l’expertise TomTom en matière de géolocalisation et en guidage pour suggérer à l’utilisateur des trajets pour rompre la monotonie des parcours du runner. Le tracé de la course s’affiche en temps réel sur la montre. La Spark3 que nous avons annoncée à l’IFA intègre elle aussi ces nouvelles fonctionnalités. Ces deux produits sont en évolution de gamme et leurs prix de vente s’étend de 129 à 249 €. Ce sont des produits très accessibles sur le marché du running. Sur les lancements de produits, nous voulions sortir des sentiers battus et avons mis au point des modèles adaptés à la pratique du trail. Nous avons donc mis au point l’Adventurer qui reprend l’ensemble des fonctionnalités d’une Runner 3 en y intégrant d’autres modes de sport comme le trail, la randonnée, le ski, le snowboard, qui sont des modes supplémentaires. Ces modes se distinguent des modes plus classiques intégrés à la Runner 3 par le recours à un baromètre dont est doté l’Adventurer. Ce baromètre permet de calculer les altitudes, les dénivelés positifs, recalcul de la distance, pourcentages de côtes, etc. : autant de données indispensables pour la pratique de trail. Proposée à 299 €, elle est très richement dotée, et devrait séduire un large public.

JDOC : Au-delà de la Runner, vous disposez dans votre catalogue de la Spark qui, elle aussi évolue ?

V.M. : La Spark nous positionne plutôt sur le segment du bien-être. Même si elle reste une montre de sport, elle s’inscrit moins dans une optique de mesure de la performance que dans le suivi d’activité pour rester en forme. Pour répondre à ce type de besoins, nous avions également une gamme de bracelets d’activités. Nous voulions apporter quelque chose de différent, c’est pourquoi nous avons intégré un ingénieux dispositif de calcul de la masse musculaire/masse grasse, à l’aide d’une puce. L’utilisateur peut donc effectuer une analyse à la demande. Mais nous ne nous contentons pas de fournir une donnée brute, nous la mettons en scène au sein d’une courbe d’évolution. Nous avons développé une application qui se charge de cette mise en scène de l’évolution de la masse graisseuse et de la masse musculaire. Ce qui nous anime, c’est la volonté d’accompagner nos utilisateurs et de leur apporter des réponses au quotidien.

JDOC : Quelle est votre perception du marché des Wearables ?

V.M. : Si l’on s’en réfère aux prévisions de GfK, entre 5 et 700000 bracelets devraient se vendre sur l’année 2016. Ajoutez à ce chiffre les quelques 250000 montres qui seront écoulées. Le marché est assez modeste par rapport à notre activité historique qui concerne la cartographie et la vente de solutions de guidage par satellite. Toutefois, nous souhaitons être présents sur ces deux segments de marché pour nous diversifier et soutenir notre croissance. Nous œuvrons en fait à déplacer le GPS dans un autre écosystème, où le smartphone est un des éléments de navigation.

Date de création : 1991

CA 2015 : NC

Secteurs d’activité :
Wearables
Montre sport
Traqueurs d’activité
Bracelets connectés
Navigation GPS

Ce qui nous anime,
c’est la volonté
d’accompagner
nos utilisateurs
et de leur apporter
des réponses au quotidien.

Articles similaires

Aucun commentaire

Pas encore de commentaire

Il n'y a pas encore de commentaire, souhaitez-vous en ajouter un ?

Rédigez un commentaire...

Rédigez un commentaire...